Anthropologie cognitive

Emmanuel de Vienne

Publié le 17 janvier 2013 Mis à jour le 15 juillet 2014
L’anthropologie cognitive se donne pour tâche d’identifier les mécanismes cognitifs à l’œuvre dans les phénomènes culturels, et parfois de proposer des hypothèses explicatives sur leur transmission et leur stabilisation. On s’intéressera d’abord à l’épidémiologie culturelle (Hawkins, Sperber, Boyd et Richerson, Morin) et à la théorie de la domain specificity (Hirschfeld et Gelman, Atran). On évaluera la productivité et les limites de ces deux théories par un examen des approches cognitives de la religion (Boyer, Barrett, Atran). La seconde partie du cours sera consacrée à des approches qui mettent l’accent sur le caractère situé, distribué et culturel de la cognition (Hutchins), dans différents domaines : navigation, ethnomathématiques, cognition sociale.

Orientation bibliographique
  • Boyer, Pascal, 2001. Et l’homme créa les Dieux, Paris : Robert Laffont.
  • Bloch, Maurice, 2013. L’anthropologie et le défi cognitif, Paris : Odile Jacob.
  • Hutchins, Edwin, 1995. Cognition in the wild, MIT press.
  • Kronenfeld, David B., Bennardo, Giovanni, de Munck, Victor C., et Fisher, Michael D., eds, 2011. A companion to cognitive anthropology, Wiley-Blackwell.
  • Sperber, Dan, 1996. La contagion des idées, Paris : Odile Jacob.

Mis à jour le 15 juillet 2014